Referendum 2016 : Tous perdants – Par Moustapha Mbaye

Referendum 2016 : Tous perdants – Par Moustapha Mbaye

34
0
SHARE

L’histoire politique du Sénégal n’a jamais connu un référendum de cette allure. Au lieu d’être une consultation où le citoyen s’exprime sur un texte, il est devenu une élection locale pour chaque leader. Une bonne partie de la société civile s’en est sortie avec des écorchures en s’alignant avec des politiques. Ils ont tous oubliés la souveraineté du peuple, mais le fort taux d’abstention est révélateur.

C’était le referendum des surenchères, une bascule pour les leaders politiques qui ont voulu savoir leur poids électoral. Dans cette logique, le jeu est faussé parce que les enjeux électoraux l’ont remporté. Les débats sur le texte sont teintés de contrevérités et d’explications simplistes.

Même si le oui l’a remporté, ce n’est pas une raison de crier victoire. On a tous vu les moyens déployés par le camp présidentiel pour une simple consultation. En commençant par le président de la République jusqu’au plus petit commis de l’Etat, ils ont tous été impliqués dans la campagne pour une victoire du oui. Le Président n’aurait pas à fournir cet effort herculesque s’il n’avait pas organisé ce référendum à la va-vite et s’il y avait des concertations en amont avec l’opposition et la société civile.

Il avait en face de lui une opposition hybride qui a préféré axer sa campagne sur deux points : le wax waxeet et la légalisation imminente de l’homosexualité. Bancale comme stratégie, elle n’a pas payé.  Et ce qui reste c’est de contester la transparence du referendum alors qu’ils ne doivent s’en prendre qu’à eux même. Il faut que chaque leader mène une lecture objective de ses résultats pour se préparer à l’avenir.

Une bonne partie de la société civile notamment y’en a marre et le M23 s’engouffrent de plus en plus dans un précipice sans fin. Quand on se réclame de la société civile, on doit être à équidistant entre les différents acteurs politiques mais battre campagne avec des opposants, fait de vous des politiciens encagoulés. On vous concède votre position, mais avec une démarche neutre qui ne verse pas dans la calomnie, l’intox ou un débat de personnes.

Somme toute, quelle société civile faut-il croire ? Le taux d’abstention de 60% n’exprime rien d’autre que le dégoût que les Sénégalais ont envers la chose politique. Toujours  les mêmes personnes, les mêmes faits, tous s’orientent à par la boussole de l’intérêt.

moustapharts@gmail.com

Commentaires

Commentaires

SHARE

SOIS LE PREMIER A COMMENTER

INSCRIS-TOI ET LAISSE UN COMMENTAIRE

CAPTCHA *